Pierre de La Galite » L’oiseau de passage